Qu’est-ce que le verre « de sécurité » ?

Les verres de sécurité ne sont pas tous pareils, tant au niveau de leur solidité, sécurité des personnes, sécurité d’un site…

Nous allons vous parler des trois principaux verres de sécurité : le verre armé (grandes ou petites mailles ), le verre trempé « sécurit » et le verre feuilleté ( anti-vendalisme, anti-effraction et plus encore ).

 

Le verre Armé.

On appelle verre armé un verre dans lequel est intégrée une grille métallique lors de sa fabrication.

En cas de casse :

Il se brise comme un verre traditionnel : risque de coupures.

La grille métallique permet de retenir quelque peu les éclats de verre.

Son principal objectif est d’empêcher le passage d’un éventuel cambrioleur grâce à sa grille.

Il offre de plus une faible résistance au feu : risque de casse sous l’effet de la chaleur.

Les usages :

Le verre armé s’utilise surtout pour les toits de locaux industriels ou encore pour les grandes coupoles.

Les particuliers l’utilisent parfois pour des toitures de jardin d’hiver, pour les marquises ou en paroi décorative.

Cependant, le verre armé est de moins en moins utilisé ; on lui préfère le verre feuilleté bien plus résistant et sécurisant.

Le Verre Trempé « sécurit ».

On appelle verre trempé un verre ayant subi un traitement thermique ou chimique.

  1. Verre trempé thermiquement

Le verre est chauffé à 700°C puis refroidi très rapidement à 300°C avec de l’air froid.

– résistance aux chocs 5 fois supérieure au verre classique ;

– résistance aux chocs thermiques :

– supporte une température allant jusqu’à 250°C ;

– supporte des écarts de température de 200°C contre 60°C pour un verre ordinaire.

– se brise en éclats très petits et peu coupants, limitant ainsi le risque de blessures graves.

  1. Verre trempé chimiquement

Le verre est plongé dans un bain de solution saline à 400°C pendant 12 à 36 h.

Le verre trempé chimiquement est bien plus résistant que le verre trempé thermiquement. Cependant, en cas de casse, il se brise de la même manière qu’un verre classique : risque de coupures.

Ce traitement est bien plus onéreux et est surtout utilisé pour des verres demandant une résistance hors norme comme les hublots d’avion.

Les usages pour le verre trempé.

Le verre trempé peut s’intégrer dans un double vitrage et être posé en façade :

Il résiste mieux à la pression du vent pour une épaisseur moindre qu’un verre classique.

Il résiste également mieux aux chocs thermiques : un verre classique exposé en partie au soleil tandis que l’autre partie serait à l’ombre risquerait de casser.

Les performances thermiques et acoustiques d’un verre restent les mêmes après la trempe.

Le verre trempé est aussi utilisé en intérieur pour :

les vitrages de salle de bain : paroi de douche, vasque en verre, etc. ;

les cloisons vitrées ;

les portes vitrées ;

les plateaux de table ;

les vitrines de meubles ;

les étagères.

Pour avoir plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter notre vitrier Paris.

This entry was posted in vitrerie. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *